Bonjour Invité

Bienvenue à l’écrit sous toutes ses formes.

Ici s’entremêlent et se cisèlent des textes de votre composition.
Chacun peut lire, écrire, commenter et discuter à sa guise dans le respect de la charte commune !
Fréquence de publication
Afin de maintenir une variété raisonnable sur la page d'accueil ainsi que d'offrir au lecteur la possibilité d'absorber les textes présentés chaque jour, nous vous conseillons d'éviter :
De publier plus d'un texte par jour sous la même rubrique.
De publier des textes de même genre sous des rubriques différentes.
Au plaisir de vous lire.

Une fois inscrit(e), pour publier un nouveau texte, choisissez une catégorie dans la rubrique "TEXTES" du menu, puis cliquez sur le bouton "nouveau sujet" à droite de l'écran suivant.

Si vous êtes membre, vous voudrez peut-être vous présenter et écrire ici quelques mots à propos de vous.

Textes récents

L'Univers se soigne / L’Univers fait le vide

À 13h 00 00, il existe deux mondes :
 
Un monde où les pansements se retirent comme les vagues.
Un monde où les hématomes disparaissent en quelques minutes.
 
À 13h 00 01, de ces deux mondes, un seul existe encore.
 
Et a fini par cicatriser.

Besoin de merveilles d’urgence

Dans une galaxie de l’imaginaire...

En mal de s’évader
En manque de rêver
L’enfant au pied du saule
Qui n’a pas cessé de pleurer
Un autre enfant lui offre son épaule
Ensemble on se sent moins paumé

Alors ils partent pour un monde hors de contrôle
Une dimension hors de portée
Avec la même inversion des pôles
Mais une meilleure version de l’humanité

Dans cette galaxie
On ne trouve pas ça si drôle
Que beaucoup trop de grands
Ne veulent plus y entrer

Ce soir
C’est l’inversion des rôles
Ce sont les adultes
Qui vont rêver
Ce sont les adultes
Qui vont cauchemarder
Ce sont les enfants
Qui vont les consoler
Et personne
Ne sera maltraité
Même pas le monstre des nuées
Qui sera en fait la Voie Lactée

Tu peux rire et pleurer sur mon épaule
Tu peux sourire aux orbes déjà passées
Petits et grands, rendez-vous au pied du saule
Il y a des yeux tout un ciel à photographier

...

Arche

dans les voiles de la forêt
entre chênes et fougères
j’ai cherché l’arche

j’ai trouvé la source
celant les poèmes fossiles
gravés sur la margelle

de l’onde
s’échappait le verbe que les pierres
avaient semé

 
dans les voiles de la forêt l’arche a délié mes rêves



poème extrait du recueil La dérive de l'arbre


https://www.accents-poetiques-editions.com/produit/la-derive-de-l-arbre/

On la disait bleue

j’ai des souvenirs
d’elle et d’algues
on la disait bleue
j’ai des souvenirs
d’elle
j’ai tant de souvenirs sourires
je la voyais bleue


ma mémoire se traîne
le bleu a viré au sombre
le plastique a remplacé
les algues
nouveau linceul
de la désespérance

Sans titre

j'erre parmi mes pensées de neige et de feu
 
  
  
 silence de neige sur le jardin
 les pierres et les buis
 constellés de blanc
 la froidure appelle les images
 des mots s’échappent
 libérant le ciel
  
 temps de l’écriture

Cycle

ciel de lys
bambou de neige
feuilles de givres
le jardin se replie
enfermant dans sa terre
l’encre végétale

une demeure

dans la mémoire
un jardin de silence
des arbres désarticulés

sur le sol piétiné
une souche reverdit

Braise et glace

sur le givre
les fêlures du froid

la transparence de la glace
se joint
au réconfort des braises

mon cœur bercé par l’hiver

De trop

Se dépasser
A l'envers  A l 'endroit
de son corps et coeur 
Alors s'aperçoivent d'un
Monde meilleur ou 
Les champs de lumière 
Emplies de ton regard 
Jaillissent dans la clairière 
Ou jadis 
Battait mon coeur.

Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus"

Bonjour à tous,

Je m'appelle Lucie et j'ai 16 ans.  Je suis passionnée par l'écriture depuis toute petite et j'ai récemment découvert une passion pour le slam. Je voulais vous partager mon premier slam que j'ai illustré avec un petit clip vidéo: "La virée du virus". N'hésitez pas à me faire part de votre avis ou conseils pour les prochains slams!
https://www.youtube.com/watch?v=28NSUEZva9k&list=PLTcy05poWmVaciOZNyLH3_cp7UGQmBgR7)

Je vous souhaite à tous une merveilleuse et poétique année 2021!  ;)

Lucie

Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus"

Bonjour à tous, 

Je m'appelle Lucie et j'ai 16 ans.  Je suis passionnée par l'écriture depuis toute petite et j'ai récemment découvert une passion pour le slam. Je voulais vous partager mon premier slam que j'ai illustré avec un petit clip vidéo: "La virée du virus" (j'ai mis le lien et les paroles ci-dessous). N'hésitez pas à me faire part de votre avis ou conseils pour les prochains slams!
https://www.youtube.com/watch?v=28NSUEZva9k&list=PLTcy05poWmVaciOZNyLH3_cp7UGQmBgR7)

Je vous souhaite à tous une merveilleuse et poétique année 2021!  ;)

Lucie

Et voici les paroles:

La virée du virus

Cest un virus rusé,
Une maladie médiatique
Santé usée
Population qui panique

Attention, décisions, suppressions, sous pression
Trop de questions, peut-être trop peu dacceptation
Vie rythmée de notifications
Ya qudans le PC qu ya dlaction

Plus de peur que de sort
Plus de rumeurs que de morts
Les gens bouffent du négatif
Puis sont testés positifs
JT, radio, infos, cest addictif
La corona, cest corrosif

Dans ce bal masqué
Tout devient plus risqué
Nos relations sont confisquées
Ces mesures font quempirer
A se demander si ce sera encore permis de respirer

On dit tout et son contraire, cest de plus en plus tordu
Comment croire les experts si eux-mêmes sont perdus ?
Pour Madame lépidémie
Nos amis sont des ennemis
Et la seule certitude
Cest quyaura pas dvaccin contre la solitude

Dans le jeu dlabsurdité
On est les pions dla société
Mais ses faiblesses sont démasquées
Son fonctionnement se fait tester

Dans c' monde en mutation
Agitation, pression, dépression
Jai limpression dêtre dans une science-fiction
Mais quand zappera-t-on de programme télévision ?

Qui croirait quun virus dun micromètre
Impacte autant dêtres sur la planète
Avec tout ce quon a vécu,
Tous ces projets tombés à leau
Certains sont vaincus, ont plus un écu ou encore plus de PQ
Mais je suis convaincue, trop ou trop peu dboulot
On est tous... au bout du rouleau

Covid 19
Comme du trop vide dans du trop neuf
Pour du Made in China,
Ça tient vachement longtemps
Un peu trop résistant
Enfin « Made in China »…
Jdirais plutôt Made in Média

Si tu tousses, tous te rejettent,
Pour un virus, ça en jette
Hôpitaux bookés
Mais Facebook a grimpé

Mais dans cette folle réalité
Gratitude pour ces héros de lactualité
Médecins, infirmiers
Tous ceux qui se battent pour rendre la vie moins compliquée
Puisque le masque mempêche pas dmexprimer,
Merci pour cette solidarité !

Tout cquon vit, ça vide nos poches
Mais dit combien on aime nos proches
Accroche-toi dans ctempo à la croche
Et si la vie tappelle, vas-y, décroche !

Déconfine ton sourire
Lui aussi est contagieux
Malgré cquon peut souffrir
Tempêche pas dêtre heureux !

Désinfecte tes peurs et mets tes doutes en quarantaine
Dans cette mer agitée, tu resteras lcapitaine
Alors tiens bon et reste focus
On va lvirer, cvirus !

Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus"

Bonjour à tous,
 
Je m'appelle Lucie et j'ai 16 ans. Je suis passionnée par les mots depuis toute petite et j'ai récemment découvert une passion pour le slam. Je voulais vous partager mon premier slam que j'ai illustré avec un petit clip vidéo: "La virée du virus" (j'ai mis le lien et les paroles ci-dessous). N'hésitez pas à me faire part de votre avis ou conseils pour les prochains slams!
 https://www.youtube.com/watch?v=28NSUEZva9k&list=PLTcy05poWmVaciOZNyLH3_cp7UGQmBgR7)
 
Je vous souhaite à tous une merveilleuse et poétique année 2021!  ;)
 
Lucie
 
Et voici les paroles:
 
La virée du virus
 
Cest un virus rusé,
Une maladie médiatique
Santé usée
Population qui panique
 
Attention, décisions, suppressions, sous pression
Trop de questions, peut-être trop peu dacceptation
Vie rythmée de notifications
Ya qudans le PC qu ya dlaction
 
Plus de peur que de sort
Plus de rumeurs que de morts
Les gens bouffent du négatif
Puis sont testés positifs
JT, radio, infos, cest addictif
La corona, cest corrosif
 
Dans ce bal masqué
Tout devient plus risqué
Nos relations sont confisquées
Ces mesures font quempirer
A se demander si ce sera encore permis de respirer
 
On dit tout et son contraire, cest de plus en plus tordu
Comment croire les experts si eux-mêmes sont perdus ?
Pour Madame lépidémie
Nos amis sont des ennemis
Et la seule certitude
Cest quyaura pas dvaccin contre la solitude
 
Dans le jeu dlabsurdité
On est les pions dla société
Mais ses faiblesses sont démasquées
Son fonctionnement se fait tester
 
Dans c' monde en mutation
Agitation, pression, dépression
Jai limpression dêtre dans une science-fiction
Mais quand zappera-t-on de programme télévision ?
 
Qui croirait quun virus dun micromètre
Impacte autant dêtres sur la planète
Avec tout ce quon a vécu,
Tous ces projets tombés à leau
Certains sont vaincus, ont plus un écu ou encore plus de PQ
Mais je suis convaincue, trop ou trop peu dboulot
On est tous... au bout du rouleau
 
Covid 19
Comme du trop vide dans du trop neuf
Pour du Made in China,
Ça tient vachement longtemps
Un peu trop résistant
Enfin « Made in China »…
Jdirais plutôt Made in Média
 
Si tu tousses, tous te rejettent,
Pour un virus, ça en jette
Hôpitaux bookés
Mais Facebook a grimpé
 
Mais dans cette folle réalité
Gratitude pour ces héros de lactualité
Médecins, infirmiers
Tous ceux qui se battent pour rendre la vie moins compliquée
Puisque le masque mempêche pas dmexprimer,
Merci pour cette solidarité !
 
Tout cquon vit, ça vide nos poches
Mais dit combien on aime nos proches
Accroche-toi dans ctempo à la croche
Et si la vie tappelle, vas-y, décroche !
 
Déconfine ton sourire
Lui aussi est contagieux
Malgré cquon peut souffrir
Tempêche pas dêtre heureux !
 
Désinfecte tes peurs et mets tes doutes en quarantaine
Dans cette mer agitée, tu resteras lcapitaine
Alors tiens bon et reste focus
On va lvirer, cvirus !

Absence

passent les ciels
tourmente de nuages

tes cheveux s’évadent
tu as froid
les feuilles de bambou
réchauffent tes iris
tu regardes les mésanges
butiner tes rêves 

reviendras-tu

Échange

- Espèce d’enfance étrangère !
Lui lance la Fée d’une voix luisante.
- C’est çui qui dit qui est.
           Réplique la petite fille.

Lignage

je suis du lignage
où meurent les pères
léguant aux mères
la tâche de vivre


j’ai emprunté
la voix de la solitude
fermant en absence de rires
l’accès à ma chair

longue fut la sente
tortueuses les courbes
aux cendres blanches
je rejoindrai les pères

Boléro

vos mains oiseaux
votre corps rectiligne
épaules déhanchées
les bras appel au ciel
enroulés à vous
le boléro vous emporte
mains
pieds
hanches
désarticulés
apothéose d’un envol démultiplié
la folie du boléro
mécanique d’un mouvement perpétuel
s’empare de vous

Puissance de l'arbre

arbre
mon ancre

veille
mes errances repues de la semence
des ombres
quelles traces de pierres et de nuages
nourrissent ma chair
ouvrant les entrailles de la perception

déjà les brumes langagières
étendent leurs larmes cosmiques
et j’entends les hommes implorer
les océans s’irriter
les terres se dévorer

mon arbre est-ce pour cette souffrance
que tu me réveilles

Voie solitaire

Sur la voie solitaire,
Des lucioles happées par le soleil
Les ailes en cendre
Dont l’orbe rejoint
Les mouvements du ciel


L’angoisse me saisit de ses doigts froids
Espérant que j’oublie la signature de la promesse
Ces vieux parchemins d’âme pour ne pas chanceler


Ce n’est plus moi qui actionne les muscles de ma langue, qui le comprendra ?


Le souffleur a tissé une lanterne de verre autour de la danseuse.
Tout cela pour dire combien j’aime ce voyage.

Nantes, le 30/12/2020
p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 115%; background: transparent }

Enfance tout-terrain

Hello
Nous sommes les enfants qui rêvent
En 2001
On s'est bien amusé
Vas-y foule ce chemin
On a rêvé on a chanté
Vas-y défoule-toi bien
On nananère on a joué
Dans un été sans fin
On a joué la liberté
Super trop bien
On s’est bien amusé
On a investi
Tout le terrain…

Quelqu’une est amoureuse de quelqu’un...
Quelqu’une est amoureuse de quelqu’un...
Et l’une et lune ne font plus qu’un.

Hello
Nous sommes les enfants qui rêvent
En 2020
On s’est bien amusé
Mais la maladie frappe sur le chemin
On a rêvé, on a chanté
Pour aujourd’hui et pour demain
On a perdu en liberté
On va y gagner un vaccin
Il a fallu se méfier
Du vent qui s’en vient
Il a fallu diviser
Tout le terrain...

Quelqu’une est amoureuse de quelqu’un...
Quelqu’une est amoureuse de quelqu’un...
Et l’une et lune ne font plus qu’un
Et danse dune et ferme les poings
Quelque part dans le Temps et son train-train...

Hello
Nous sommes les enfants qui rêvent
Au Pays Terrien
Pour un nouvel espace de liberté
Super si bien
Petits et grands à nous de jouer
On va bien s’amuser
Pour se sauver, pour enfin
Réinvestir
Tout le terrain…

Quelqu’une est amoureuse de quelqu’un...
Quelqu’une est amoureuse de quelqu’un...

Et l’une et lune ne font plus qu’un
Et danse dune et ferme les poings
Et vas-y foule ce chemin

          Vas-y défoule-toi bien...
                     Vas-y défoule-toi bien...

                                    Quelque part dans le Temps et son train-train...

Reflux en avant

Étoile de verre
Dévie la lumière
Et te rit dans l’œil

Qui peut faire ça ?
Quel serait ce givre sur la lave ?
Quand a eu lieu le bouleversement ?
Où se cache la dernière arabesque ?

Afflux lyriques

L’existence est une harmonie.
- Combien faisons-nous de fausses notes ?

Nos rêves nous attendent. Et nous y allons en riant, pour que le jour venu, le monde se mette à briller de gentillesse.
Les enfants se mettent à jongler avec les mers et les océans, et les châteaux de sable s’envolent pour échapper à la marée montante.
Les abeilles pleurent des larmes de cire. Le miel des arbres se met à rêver. La chouette se prête au jeu de la nuit. Les arbres cachent la forêt…
Les doigts n’ont que le temps d’effleurer ceux de la trapéziste : « Lâche-moi » lui dit-elle, et pendant sa chute, c’est tout le cirque qui se transforme, toute la toile du chapiteau qui la prend sous son aile, sous les acclamations et les rugissements des fauves placés dans les gradins.
Floue, floue, cette eau est floue – Et flic et floc fait la flaque en recevant l’ondine – Il y a autour tant de cailloux – Et zoom et zoom sur le lac comme un ricochet – Il y en a tant, beaucoup, tellement – Et je ne sais mademoiselle lequel de ces minéraux est à vous – Ou si l’eau était par magie sortie de mon sac à malice.
L’arbre magnifique : Il creuse le ciel et son trou, et multiplie sa nervure et ses gouttes de sève. À ses pieds, un livre est posé. Dans le livre, une féerie se débat et brûle de battre des ailes. Mille couleurs y sont en musique, sur le corps de l’arbre magnifique.
Regardez : une caméra placée à hauteur d’enfant, puis à hauteur de grand, d’avion ou de scolopendre. Cette caméra est celle d’un journaliste prodige qui existait dans nos mémoires coupées au montage.
Les loups sont un enfant muet. Les mensonges de Pinocchio ont des ailes d’oiseaux qui volent et volent et vont dans l’eau. Les soldats sont des hommes de glace qui ne sont pas dignes de la glace. Quand une école se met à danser, les élèves et les professeurs apprennent au ciel à faire la ronde.
Il n’y a pas toujours de fumée sans pluie. Il n’y a pas d’orage sans feu, alors commençons par invoquer la foudre. L’arbre n’est pas mort, la fête est plus que foraine. La dame rouge s’est arraché les lèvres, alors tendons la main à ses soupirs.
Je m’en vais, je m’en vais...
Entre les planeurs et vos serpents volants.
On s’en va, on s’en va...
Sur un poney d’argent.
Au revoir, au revoir...
Bonjour à la prochaine colline.
Bonjour à la ville natale.
Buvez l’eau et n’oubliez pas la source.
Buvez le rêve et continuez le voyage.
Lui : Comme il a grandi sur un bateau, il décide que quand il sera enfant, il sera pirate de l’espace ! Un autre veut découvrir un trésor passé la lagune.
Le temps passe.
Que sont devenus les pouvoirs de légende ? Demandent les esprits de la forêt. Entendez-vous encore le cri du dragon ? Ressentez-vous encore le souffle de glace ? Les esprits de la forêt le savent déjà : Tous les nouveaux pouvoirs de l’être-alchimiste écrivant sur l’aurichalque.
L’aiguille de l’horloge tourne.
Elle : Reine de l’amour aux passions fortes et apportant la consolation.
Le temps s’écoule avec toutes les poésies.
Cordialement, Adarlon

Anecdotes

Un jour,
un cheval venu de la mer
était devenu autocar
en passant par la falaise
et puis en hélico balèze
à l’air au sol et puis à l’aise
le long des deux trottoirs

(Il y a dans certains prés
des poires en train de galoper
pour rattraper leurs pépins.).

Un pou et une puce
Sont sur un tabouret.
"Le pou embête la puce !", s'exclame une môme
Le tabouret laisse tomber le pou
Et redevient forêt pour la puce.

De pomme en pomme,
sous les moutons-nuages,
voici mangé le trognon
par le ciel
que la pluie a tondu !…

J’avais un microbe
Sous l’oreille
Il a été chassé
Il a été catapulté
Par un air de musique.

Dons

J’ai rencontré ta chimère
Je l’ai regardé faire de la couture
Elle m’a cousu un gilet vert
Dans une maison sans toiture
Je l’ai donné à l’océan
Et les algues le portent souvent
Je l’ai donné au pâturage
De ces jardins restés sauvages.

Vieille branche

Quitter la scène
Les peaux de l'image
Les fourrures du désir
L'écriture d'un roman mondain
Qui n'aura pas lieu


Le train nous attend
La compagnie du rail
Offre le voyage


J'aime la mer en hiver
On dit que le littoral est fou
Encore un mensonge


Bien sûr que tout cela nous brise
Comme le bois sec
Inutile à la pousse


Il reste l'espoir
Que la greffe fonctionne
En vue du printemps
Le jardinier me l'a dit tantôt

Rose ivoire

du nord au sud
les nuages roses ivoire
s’emparent du ciel
un matin ordinaire
un matin de beauté
abolissant
le gris souffrance



les nuages roses ivoire
du nord au sud
ont disparu
un matin ordinaire
rappelant à nos oreilles
le gris souffrance

Pour une rue à renaître

Dans les ruelles de la vie,
dans l’artère de Cités-mondes improvisées,
au moment où les ambulances ne savent plus où donner du brancard,
indescriptibles néants dans les yeux de l’enfance meurtrie,
alors ce soir, ça s'organise, ça s'anime dans ton tiécar,
ce soir c'est la fête du quartier, et tant qu'on y est, de la planète bleue.

Que la rue retourne à la lande, avec un cabanon sur l’épaule,
une veillée au beau milieu des arbres des possibles
en rêvant d’un nouvel espoir.

...Dans les ruelles de la vie,
inoubliable éclat dans les yeux de cette enfance
quand elle ressuscite…

Hyper regard

Les yeux dans les tiens
Cet espace d’un instant
Recouvre l'ancien monde
Redécouvre les possibles
Entrouvre le passage
Retrouve son chemin
Et l’instant par le hublot
Est ouvert sur le cosmos
Le meilleur d’entre tous.

Toi et moi, en bleu nuit...
On a vraiment une belle vue d'ici...

Bye bye and go

Ils s’en vont.
Je les survole de mon vélo,
je pars en direction
de mon oboulaba,
je les rejoins je les rattrape
dans un futur proche,
ils s’en vont…

Rien à sauvegarder pour l’instant,
ils s’en vont, alors salut.

Ils s’en vont. J’en suis lunaire.
Ils ne savent pas que tout a changé.
On se retrouvera, promis,
sans présager ce qui va suivre
en cette partie de moi désormais
ouverte au cœur des gens
et je nous dis à plus tard…

Célébrations de Longue-Lune

(Textes co-écrits avec Tite-Croche et Aldorande)


Ce soir,
une fille squatte les terres
où la vie et l’envie sont possibles
elle a même apporté la lune
dans ma cabane.


…tu vois la porte est ouverte, ils mettent le couvert et posent les chaises et placent les tabourets, et tu vois bientôt la boum fanfare tendres lumières et maintenant la nuit très tard un coin de Terre danseuse, et tu vois bien que vive la Lune et brin de vent, et tu vois bien que belle obscure et clair du Temps, alors toi que j’aime tant l’entends-tu à présent ce message de cessez-le-feu ?


…un peu comme toi je suis ému
…s’interpeller... de plus loin… de plus près… par signaux.
…par cendres d’écrits et de voyages.
…on a planté la tente, déjà, et nous voici
repartis pour revenir encore avant de te dire que
tant qu’on est ensemble, toi et moi
tout va bien

(je peux te le dire de cette façon )(je t’aime)

…des signaux. des impressions des trucs
qu’on se fait comprendre du bout des doigts
du bout des regards, avec l’empreinte de nos pas
avec l'écume de nos mots terriens pour
exprimer dix fois plus

je t’aime. jeu t’aime. en cet instant.
voici venu. un commencement. je t’aime…

un peu comme cette lueur qui nous éclaire
  …de plus loin… de plus près… par
coïncidence heureuse, du fond des bois
     et de la nuit encore humide

Idylle entre deux mondes

Ça y est,
ton regard pour moi brille comme là-haut
et de toute façon ma fusée se fait la malle.

Je suis bien parti pour rester sur Terre...

Pense l’extraterrestre amoureux
de cette habitante de la planète bleue.

C'est une voix

C'est une voix qui s’adresse, entre autres, aux créateurs d'instruments de vie ou de mort, à ces titans qui n’ont pas modelé notre sol, aux caravanes de la forêt des contes, à celles et ceux qui partent pour Zion, aux marcheurs sur les vaisseaux sanguins de l’atlas, aux personnages atypiques dans nos vaisseaux spatiaux imaginaires improvisés. Cette voix est celle d'un monde possible, de ses milliards d’imaginations humaines.

Elle résonne, nous rappelle au foyer - « Rendez-vous sur Terre..., prêts à appareillés..., hyper propulsion dans une minute...".
Elle nous invite à en prendre soin.
Et tant qu'à faire, à vivre en paix et dans l'amour de toute vie.

C'est une voix qui offre à telle humanité son grand retour.

* Messages récents

[Poésies] Re : On la disait bleue par pierre de silence Hier à 07:57
[Poésies] Re : Besoin de merveilles d’urgence par pierre de silence Hier à 07:57
[Autres textes] Re : L'Univers se soigne / L’Univers fait le vide par pierre de silence Hier à 07:55
[Autres textes] L'Univers se soigne / L’Univers fait le vide par Tom Astral Hier à 00:59
[Poésies] Besoin de merveilles d’urgence par Tom Astral Hier à 00:11
[Poésies] Re : On la disait bleue par Tom Astral 22 janv. 2021, 20h32
[Poésies] Re : Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus" par Tom Astral 22 janv. 2021, 20h19
[Poèmes courts, haïkus] Re : Échange par Tom Astral 22 janv. 2021, 20h10
[Poésies] Re : Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus" par LuSee 22 janv. 2021, 11h33
[Poésies] Arche par pierre de silence 22 janv. 2021, 11h22
[Poésies] On la disait bleue par pierre de silence 20 janv. 2021, 18h51
[Annonces et événements] La dérive de l'arbre par pierre de silence 19 janv. 2021, 12h57
[Poèmes courts, haïkus] Sans titre par pierre de silence 18 janv. 2021, 07h12
[Poésies] Cycle par pierre de silence 15 janv. 2021, 04h29
[Poésies] Re : De trop par seegar 14 janv. 2021, 17h42
[Poèmes courts, haïkus] Braise et glace par pierre de silence 14 janv. 2021, 10h05
[Poésies] Re : De trop par pierre de silence 14 janv. 2021, 10h03
[Poésies] De trop par seegar 14 janv. 2021, 03h33
[Poésies] Re : Tel torrent par seegar 14 janv. 2021, 03h05
[Poésies] Re : Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus" par bleuterre 13 janv. 2021, 18h18
[Poésies] Re : Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus" par pierre de silence 11 janv. 2021, 14h40
[Poésies] Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus" par LuSee 11 janv. 2021, 11h24
[Poésies] Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus" par LuSee 11 janv. 2021, 11h22
[Poésies] Slam (avec petit clip vidéo): "La virée du virus" par LuSee 11 janv. 2021, 11h20
[Poèmes courts, haïkus] Absence par pierre de silence 09 janv. 2021, 11h31
[Autres textes] Re : Idylle entre deux mondes par pierre de silence 07 janv. 2021, 18h52
[Poèmes courts, haïkus] Re : Échange par pierre de silence 07 janv. 2021, 16h17
[Poèmes courts, haïkus] Échange par Tom Astral 07 janv. 2021, 02h01
[Poèmes courts, haïkus] Re : Attrape la lune par Tom Astral 07 janv. 2021, 01h22
[Poèmes courts, haïkus] Re : Reflux en avant par Tom Astral 07 janv. 2021, 01h07